Jeunes Filles, Filles, Femmes, Epouses, Musulmanes et Croyantes
 
AccueilLiensFAQRechercherS'enregistrerConnexion
Allah dit : « Nous avions proposé aux cieux, à la terre et aux montagnes de leur confier le dépôt. Ils ont refusé et en ont eu peur. L’homme s’en est alors chargé ; il est très injuste envers lui-même et très ignorant. » Sourate Al-Ahzâb, .72.

Partagez | .
Admin








L'aumône légale "Zakât" des bijoux
en or et en argent fait partie des questions sur lesquelles il y'a divergence


`Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-Allah ibn Bâz
Enseignant à la faculté de Charî`a de Riyad







( Numéro de la partie: 14, Numéro de la page: 84)


Au nom d'Allah, et que la paix et la bénédiction soient sur le Messager d'Allah, ensuite :


La question sur le statut de l'aumône légale "Zakât" des bijoux en or et en argent, et sur les preuves rapportées à ce sujet, a été posée par de nombreuses personnes, et, afin que le profit soit généralisé, j'y réponds comme suit, et qu'Allah nous accorde la réussite, et qu'il nous guide vers ce qui est juste :


Sans aucun doute, cette question fait partie des questions sur lesquelles ont divergé les savants parmi les compagnons et ceux qui vinrent après eux, et le Livre et la Sunna témoignent de l'obligation de revenir au Livre d'Allah et à la Sunna de son Prophète dans les questions litigieuses, en suivant la parole d'Allah (Exalté soit-Il):


Les femmes( An-Nisâ’ )' 4: Verset 59
"Ô les croyants ! Obéissez à Allah, et obéissez au Messager et à ceux d’entre vous qui détiennent le commandement. Puis, si vous vous disputez en quoi que ce soit, renvoyez-le à Allah et au Messager, si vous croyez en Allah et au Jour dernier. Ce sera bien mieux et de meilleure interprétation (et aboutissement). "


et si nous exposons cette question aux jugements du Coran et de la Sunna, nous trouvons qu'ils indiquent d'une manière claire que les bijoux en or et en argent destinés à l'usage ou empruntés sont soumis à l'aumône légale "Zakât"; qu'ils soient des colliers, des bracelets,


( Numéro de la partie: 14, Numéro de la page: 85)


des bagues, ou autres, parmi les différents types de bijoux en or et en argent, la même règle s'appliquant sur les autres bijoux en or et en argent parant les épées, et les poignards, s'ils atteignent le "Nisâb" (montant minimal pour lequel, s'il est dépassé, les biens deviennent imposables), ou si leur propriétaire possède d'autres biens (or, argent ou marchandises), qui ajoutés à ces bijoux, permettent d'atteindre le "Nisâb", et cet avis est le plus juste des avis des savants sur cette question, et la preuve de cela dans le Noble Coran, est la parole d'Allah (Exalté-Soit Il):


Le repentir(Al-Tawba) 9: Verset 34
"A ceux qui thésaurisent l'or et l'argent et ne les dépensent pas dans le sentier d'Allah, annonce un châtiment douloureux,"


Le repentir(Al-Tawba) 9: Verset 35
"le jour où (ces trésors) seront portés à l’incandescence dans le feu de l’Enfer et qu’ils en seront cautérisés, front, flancs et dos: voici ce que vous avez thésaurisé pour vous-mêmes. Goûtez de ce que vous thésaurisiez."



et dans la Sunna purifiée, ce qui est authentiquement rapporté dans le Sahîh de Mouslim,du Prophète qu'Il a dit :


"Il n'y a pas de personne possédant de l'or ou de l'argent qui ne s'acquitte pas de leur aumône légale "Zakât", sans que, le Jour du Jugement, ne lui soit préparé des plaques de métal en feu par lesquelles il aura le front, le flanc, et le dos brûlés. A chaque fois que ces plaques se refroidiront elles lui seront appliquées de nouveau. Ce châtiment durera l'équivalent d'une journée de cinquante mille ans, jusqu'à ce que le jugement soit rendu et qu'il voit le chemin qu'il doit emprunter : celui qui mène au Paradis, ou celui qui mène en Enfer. . "


Ces deux textes sublimes, tirés du Livre et de la Sunna, englobent toutes les sortes d'or et d'argent, de même que toutes les sortes de bijoux en or et en argent, et celui qui fait exception de quelque chose, se doit de présenter la preuve qui spécifie cette généralité, dans le cas où il n'a été rapporté que des termes généraux sur cette question, et comment le pourrait-il,


( Numéro de la partie: 14, Numéro de la page: 86)


alors qu'il a été rapporté au sujet de cette question précisément des Hadiths authentiques montrant l'obligation de verser l'aumône légale des bijoux, parmi ceux-là, ce qui a été rapporté par 'Abou Dâwoud et An-Nassâ'î avec une chaîne de transmission authentique de `Abd-Allah Ibn 'Amr Ibn Al-`Ass (Qu'Allah soit satisfait des deux) :


"Une femme rentra chez le Prophète alors qu'il y avait dans la main de sa fille deux bracelets d'or. Le Prophète lui demanda: "Tu verses la Zakât sur cette chose?".
La femme dit : "Non".
Il répliqua : "Il te réjouira donc qu'Allah te donne au lieu de ces deux bracelets, deux autres de feu, le Jour du Jugement Dernier".
Alors, elle les jeta à terre, en disant : "J'en fais don à Allah et à Son Messager". .


L'érudit Ibn Al-Qattân a dit :


Sa chaine de transmission est authentique.
Et 'Abou Dâwoud a rapporté avec une bonne chaîne de transmission, De 'Omm Salama (Qu'Allah soit satisfait d'elle), qu'elle portait des bijoux en or et dit :


"Ô Messager d'Allah ! Est-ce un bien soumis à l'aumône légale 'Zakât' et pour lequel je ne l'aurais pas acquitté?"
Il lui répondit : "Ce qui en atteint la valeur, et pour lequel tu t'en acquittes, n'en fait pas partie."



Il y a dans ce Hadith deux informations d'une valeur considérable, la première :


Arrow le fait que ce qui n'atteint pas le "Nisâb", n'est pas soumis à l'aumône légale "Zakât", et n'est pas considéré comme étant un "Kanz" (bien soumis à l'aumône légale "Zakât" et pour lequel on ne l'a pas acquitté), pour lequel on est menacé d'être châtié,


la deuxième :


Arrow tous les biens soumis à l'aumône légale "Zakât" et dont on ne s'en acquitte pas, sont considérés comme étant un "Kanz", et dont le possesseur est menacé de châtiment.


Il y a aussi une troisième information profitable, qui est le but recherché par la mention de ce Hadith, et qui est l'obligation d'acquitter l'aumône légale "Zakât" des bijoux; car 'Omm Salama (Qu'Allah Soit satisfait d'elle)


( Numéro de la partie: 14, Numéro de la page: 87)


a questionné le Prophète à ce sujet, comme cela est évident dans les termes employés dans le Hadith.


Dans le même sens, il a été authentiquement rapporté dans les Sounan d'Abou Dâwoud, d'après `A'îcha (Qu'Allah soit satisfait d'elle) que le Prophète lorsqu'il aperçut ses mains parées de grandes bagues en argent, lui dit :


"Ô `A'îcha ! Qu'est-ce que cela?"
Elle lui dit: "Ô Messager d'Allah ! Je les ai façonné dans le but de m'embellir pour toi."
Il lui dit alors: "As-tu acquitté leur aumône légale 'Zakât'?" Elle lui répondit: "Non." ou "Comme l'a voulu Allah (Ma châ Allah)!"
Il lui dit : "Il te suffit du feu ce qu'il t'en est écrit par leur cause."



Tous ces textes signifient d'une manière claire que les bijoux en or et en argent sont soumis à l'aumône légale "Zakât", qu'ils soient destinés à l'usage ou qu'ils soient empruntés; car le Prophète désapprouva que `A'îcha et la femme mentionnée dans le Hadith de `Abd-Allah ibn `Amr délaissent l'aumône légale "Zakât" de leurs bijoux, malgré qu'elles les portaient, et le Prophète n'a fait exception d'aucune sorte de bijoux, empruntés ou autres, il est donc obligatoire d'appréhender ce texte suivant son aspect général et explicite, et il n'est pas permis de spécifier les textes sauf par un texte authentique l'impliquant.


Quant à ce qui est rapporté du Prophète qu'Il a dit :


"Il n'y a pas d'aumône légale "Zakât" à verser pour les bijoux."


c'est un Hadith faible, qui ne peut être utilisé comme argument, de même qu'il ne peut être opposé aux textes mentionnés précédemment, ni servir à les spécifier.


( Numéro de la partie: 14, Numéro de la page: 88)


Au contraire, l'érudit Al-Bayhaqî a dit :


"certes, c'est un Hadith vain, qui n'a pas d'origine",


transmis par l'érudit Az-Zayla`î dans son livre "Nasb Al-Râya", et l'érudit Ibn Hadjar dans son livre "Al-Talkhîs".


Et afin que le lecteur profite de cette lecture pleinement, et qu'il fasse les choses avec clairvoyance, nous allons clarifier le "Nisâb" de l'or et de l'argent , ainsi, nous disons:


Le "Nisâb" de l'or est de vingt "Mithqâl", équivalent, en monnaie d'or actuelle, à douze livres saoudiennes et 3/7 de livre, parce que le poids d'une seule livre équivaut à deux "Mithqâl" moins un quart, selon les gens d'expérience parmi les bijoutiers, et le "Nisâb" de l'argent est de cent-quarante "Mithqâl", équivalent, en monnaie d'argent actuelle, à cinquante-six riyals argent saoudiens, ainsi, celui qui possède la somme citée en or, en argent, ou ce qui l'équivaut en monnaie de papier, ou en marchandises, et qu'il s'écoule une année, doit d'en acquitter l'aumône légale "Zakât", et en dessous de cela, il en est exempté.


La preuve de cela étant la parole du Prophète :


"Il n'y a pas d'aumône légale "Zakât" à acquitter en dessous de cinq "Awâqi" (mesure utilisée pour l'argent correspondant à quarante dirhams l'unité
il s'agit donc ici de deux cents dirhams, cf. : An-Nihâya). .



Et, un "Awâqi" est de quarante dirhams, selon les savants, le dirham étant de la moitié d'un "Mithqâl" et d'un cinquième.


Et le dirham saoudien en argent est évalué à deux "Mithqâl" et demi, ainsi, si nous examinons le poids de cinquante-six dirhams saoudiens, on trouve qu'ils atteignent le montant de cinq "Awâqi", étant l'équivalent de cent-quarante "Mithqâl".


( Numéro de la partie: 14, Numéro de la page: 89)

Quant à la preuve du "Nisâb" pour l'or, il estdans le Hadith rapporté par 'Ahmad et 'Abou Dâwoud avec une bonne chaîne de transmission, les termes du Hadith étant ceux de la version d'Abou Dâwoud, il est rapporté de 'Alî


qu'il a dit, que le Prophète a dit :


"Si tu possèdes deux cents dirhams, et qu'une année s'écoule, tu dois alors en verser cinq dirhams. Quant â l'or, tu n'as rien à verser tant qu'il n'a pas atteint la somme de vingt dinars. S'il atteint cette somme, et qu'une année s'écoule, tu dois alors en verser un demi dinar, et s'il la dépasse, que ce soit calculé respectivement. Et il n'y a pas d'aumône légale "Zakât" tant qu'une année ne s'est pas écoulée. . "


Le dinar est une monnaie d'or dont le poids est de un "Mithqâl", selon les avis des savants, le "Nisâb" de l'or est donc de vingt "Mithqâl", comme il a été mentionné précédemment.


Et Allah est plus savant, et que la paix et le salut d'Allah soient sur Son serviteur, et Son Messager Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.







Les Fatwas d'Ibn Bâz


Quatorzième volume > Le Livre de la Zakâ > La Zakâ des deux monnaies (or et argent) > La Zakâ sur les bijoux en or et en argent est une parmi les questions controversées

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

La Zakâ sur les bijoux en or et en argent est une parmi les questions controversées

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Zakat/Parures de la femme vertueuse ::  -
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit